jeudi 22 novembre 2012

Bestiaire de l'Adoption (3) - Cheval (Episode 2.1) : Genèse de la Chevalerie Médiévale (1ère époque) : Pouvoir des Hippeis grecs et des Equites romains, Fosterage des futurs Cavaliers germains, Rite "au poil" des Francs saliens...

Après avoir traité la question du Cheval seul ( Voir l'épisode 1 : http://cultures-et-chabada.blogspot.fr/2012/11/bestiaire-de-ladoption-3-cheval-episode.html), le deuxième épisode va s'intéresser au Cavalier puis Chevalier via la Genèse de la Chevalerie, en deux époques...

Cheval (Episode 2.1) : Genèse de la Chevalerie Médiévale (1ère époque) : Pouvoir des Hippeis grecs et des Equites romains, Fosterage des futurs Cavaliers germains, Rite "au poil" des Francs saliens...

Il est généralement pensé que la « Chevalerie », avec toutes les valeurs morales et quelquefois spirituelles qui s’y rattachent, n’a pu s’épanouir et se structurer que dans l’évolution d’une société qui s’imprégnait elle-même de ces mêmes valeurs. Mais la réalité, c’est que ce ne sont pas ces valeurs qui sont à l’origine de ce qui deviendra au début du XIe siècle la Chevalerie médiévale.
En fait, la genèse de la chevalerie va se former par la convergence puis de la fusion de deux traditions distinctes :
– l’une a ses origines dans l’antiquité gréco-romaine ;
– l’autre dans les pratiques initiatiques tribales des peuples de Germanie (ceux communément et souvent péjorativement appelés « barbares »).

Reconstruction of the mosaïc depiction of the Battle of Issus 
after a painting by Appelles found in the House of the Faun at Pompeii (published in 1893)

Origines gréco-romaines antiques

Dans les écrits anciens, les auteurs grecs  -surtout athéniens-, parlent de l’existence d’un groupe d’hommes qui se font appeler hippeis (Hippeis peut être traduit sans différenciation par « cavalier » ou » chevalier »). Ce sont des guerriers dont la richesse personnelle leur permet d’acquérir puis d’entretenir un cheval de combat. Ils forment la caste des Curètes (ou Kouretes) en Crète ancienne. Dans une armée grecque principalement formée de guerriers à pieds (les « hoplites » à grande lance, la « sarisse », dont huit rangées formaient une phalange), ces hippeis formaient ainsi un corps de combattant distinct, la cavalerie. Ce sont surtout les Macédoniens, tels que le roi Philippe II de Macédoine, puis son fils Alexandre le Grand, qui démontreront l’efficacité de ces soldats à cheval lorsqu'il s’agissait de déborder rapidement l’infanterie ennemie sur ses flancs.

Chez les Romains, il existe un corps d’armée constitué de soldats qui combattent sur des chevaux : ils sont appelés equites. Bien que l’action militaire ne fût pas la finalité de leur ordre, ces « equites » ou « chevaliers » prirent part aux guerres de conquêtes romaines où ils occupèrent des grades élevés. Ils eurent accès aux postes de la magistrature et au Sénat, à l'exemple de Suétone qui portait la parole du Sénat et qui était d’abord un equites. Leur influence politique devint considérable et pesa significativement sur le gouvernement de Rome. Lorsque Jules César eut conquis la Gaule, il imposa au peuple gaulois l’organisation politique, économique et sociale romaine dans laquelle l’ordre des equites avait une place importante. Bon nombre d’equites furent à la tête de grandes propriétés terriennes gallo-romaines. Il ne fait aussi nul doute que l’ordre romain des equites s’ouvrit à la riche aristocratie gauloise, accélérant ainsi le processus d’assimilation de la noblesse indigène aux idéaux de l’occupant.

Origines germaniques

Si chez les Grecs et les Romains monter à cheval pour faire la guerre était rare et réservé à une élite, il n’en était pas de même chez les peuples nomades d’origine germanique ou scandinave.

Étant de nature nomade, le nourrisson fille ou garçon, « Wisigoth », « Ostrogoth », « Vandale », « Alaman », « Alain », « Burgonde », « Lombard » ou encore « Franc » et « Hun » pour ne citer qu’eux, se retrouvait sur le dos d’un cheval avant même de savoir marcher.

Et comme la guerre était l’occupation principale de ces peuples qui se devaient, pour vivre, conquérir sans cesse de nouveaux territoires, le jeune enfant mâle cavalier se retrouvait tout aussi naturellement avec les armes à la main. Il en découle que combattre à cheval était donc la posture naturelle des guerriers de ces peuples de Germanie.

Sevré à l’âge de trois ans, le jeune Germain était confié aux femmes de sa famille jusqu'à l’âge de sept ans

Passé cet âge, il était alors confié jusqu'à son quatorzième anniversaire, pour son éducation presque essentiellement guerrière, à un père adoptif.

En général, ce père adoptif n’était autre que le frère aîné de sa mère, donc à son oncle maternel. Cette période se nomme « forsterfaeder » ou « fosterage ». Cette période initiatique guerrière dans son appellation porte dans son étymologie même les notions de rudesse et forçage éducatifs auxquels est soumis le futur guerrier germain. Au terme de cette période le jeune germain allait faire ses preuves d’autonomie et de vaillance en voyageant parmi les nombreuses ethnies germaines.

Lorsque le poil lui était poussé au menton, il revenait alors dans sa tribu pour y subir le rite de la première coupe de barbe ou de cheveux et pour y affronter en combat singulier son père adoptif pour que tous puissent voir ses qualités de guerrier.

Chez certain de ces peuples, et en l’occurrence chez les « Francs saliens », il était de coutume chez leurs chefs, de célébrer en plus, par une cérémonie spécifique, la remise très solennelle des armes à un jeune homme en âge de combattre.

[Source : Wikipedia]
Prokofiev - Danse des Chevaliers (Roméo et Juliette N°13)

1 commentaire:

  1. Bonjour,
    Je vous prie de m’excuser. Je n’ai malheureusement pas trouvé comment vous contacter autrement que par commentaire.
    Je souhaitais vous faire découvrir le service Paperblog, http://www.paperblog.fr dont la mission consiste à identifier et valoriser les meilleurs articles issus des blogs. Vos articles sembleraient pertinents pour certaines rubriques de Paperblog.
    En espérant que le concept de Paperblog vous titille, n’hésitez pas à me contacter pour toutes questions ou renseignements...

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...